Conacoc : Trois prétendants pour un croissant





Au rythme où vont les divergences, on file droit vers l’extinction de la Conacoc avant le prochain croissant lunaire. Après Imam Oumar Diène, Amadou Cissé Ndiéguène aussi est contesté.
Si on vous explique ce qui se passe actuellement à la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc) et que vous y comprenez quelque chose, c’est qu’on vous a mal expliqué. Le dossier est en effet plus compliqué qu’un litige foncier chez les lébou. En effet, après qu’un groupe a désavoué Imam Oumar Diène et proclamé Amadou Cissé Ndiéguène comme président coordonnateur par intérim, voilà qu’une nouvelle scission s’opère et dément formellement l’intronisation de Ndiéguène.
Dans un communiqué, Daouda Sakho et Bou Konta affirment que lors de la réunion d’hier, il n’a jamais été question de désigner un coordonnateur. Dans ce document, les membres de la Conacoc dénoncent « de toute leur force la dispersion et le désordre que certains usurpateurs de titre ou dissidents font montre dans les médias sans être mandatés par personne ».
Seulement, à la fin du communiqué, il est écrit que Bou Kounta est l’intérimaire choisi. Un vrai imbroglio !
Seneweb a joint Daouda Sakho (représentant Touba) qui se dit porte-parole depuis 4 mois pour en savoir plus. Ce dernier confirme que la réunion a bel et bien eu lieu hier de 15h à 18h, en présence d’Amadou Cissé Ndiéguène, de Bou Mouhamet Kounta, d’Abdou Aziz Dieng (Tivaouane) et de Daouda Sakho, entre autres.
Un seul mot d’ordre : La refondation
Mais d’après ce dernier, l’objectif de la réunion n’était pas de désigner un président par intérim. « Il n’y avait qu’un seul mot d’ordre : la refondation et la relance de la Conacoc », soutient-il.
D’après Daouda Sakho, c’est dans ce cadre qu’il a été décidé de mettre en place un comité préparatoire pour la prochaine assemblée générale. Et c’est ce comité qu’Amadou Cissé Ndiéguène dirige et non la Conacoc.
Par ailleurs, Daouda Sakho dit ne pas comprendre l’attitude de Chérif Moussa Laye. En effet, c’est ce dernier qui a envoyé à la presse le mail qui intronise Amadou Cissé Ndiéguène. Or, soutient Sakho, ce dernier n’était pas à la réunion d’hier.
« Quand on est allé le voir, il nous a répété ce qu’il disait toujours, à savoir qu’il est l’assistant de Serigne Abdoulaye Thiaw Laye, il ne peut pas s’absenter. Mais, comme toujours, il nous a délégué sa parole, Bou Kounta et moi ». Du coup, Daouda se dit surpris d’apprendre que c’est Chérif Moussa Laye qui a envoyé un tel mail. Il l’accuse donc d’avoir un double discours.
D’après Daouda Sakho, la guerre de positionnement a démarré, alors que l’ancien président Ahmed Iyane Thiam était sur son lit d’hôpital. Aujourd’hui, Sakho déclare que les membres de la Conacoc ne permettront plus à personne d’avoir une gestion solitaire comme ce fut le cas.
« Je suis arrivé à la commission en 2011 avec Serigne Sidy Moukhtar Mbacké, mais je n’ai jamais vu de texte, d’instance, de bureau, de trésorerie ou de commission technique ». Une gestion qui, promet-il, ne se répétera plus jamais. A condition d’abord que la commission survive à cette crise !
Actunet