ELLE BAT ET EBORGNE SA COLOCATAIRE: Khady Diouf avait aspergé Anna Seynabou Ba d’eau de javel et de savon en poudre





Pour avoir battu et éborgné d’un coup de seau sa colocataire de 55 ans, Anna Seynabou Ba a été traînée jeudi dernier 24 décembre devant le juge des flagrants délits de Dakar par Khady Diouf. Poursuivie pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de 30 jours, elle sera édifiée sur son sort le 31 décembre prochain.

Comme «chienne» et «chatte», les colocataires Khady Diouf et Anna Seynabou Ba ont atterri, jeudi dernier 24 décembre, devant le juge des flagrants délits de Dakar pour que celui-ci les départage suite à leur énième altercation. C’est Khady Diouf qui a trainé Anna Seynabou Bâ à la barre, pour des faits de coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de 30 jours. Anna Seynabou Ba, dit-elle, l’a battue jusqu’à l’éborgner de l’œil droit. Ces deux dames, qui ont eu il y a de cela 1 an un accrochage concernant leurs progénitures, se regardaient depuis lors en chiens de faïence. Les choses ont dégénéré dernièrement. Khady Diouf, frêle de taille sur ses 55 ans, a soutenu que la prévenue lui a donné des coups de seau sur son œil. «C’est mon œil droit qui a été blessé. Elle m’a asséné un coup de seau sur mon œil droit, alors que j’étais déjà tombée sur le lit de ma chambre où je m’étais réfugiée. Je suis devenue borgne sur le coup», dit-elle. Avant de préciser : «c’est vrai que j’avais des problèms au niveau de cet œil, mais j’arrivais à voir et à identifier les choses. Mais, depuis qu’elle m’a attaquée, je ne vois plus rien. J’ai complètement perdu la vue en ce qui concerne mon œil droit».
Mais, à la demande du parquet de lui prouver la gravité des faits, Khady Diouf a brandi le rapport médical qui prouve qu’elle a perdu la vue de son œil droit.
À sa suite, son bourreau de 35 ans, Anna Seynabou Ba, qui a été une fois condamnée pour les mêmes faits, a reconnu s’être battue avec elle, mais réfute lui avoir donné un coup de seau sur son œil. «C’est elle qui a commencé à me battre. Et c’est quand je me débattais que je l’ai blessée à l’œil. En plus, son œil n’était pas bon. Je ne détenais qu’une bouilloire à part cette bague que je porte à mon doigt», a-t-elle raconté. Mais, cette version n’a pas été corroborée par les constatations de l’homme de l’art dans son rapport. Le médecin a conclu que la blessure de Khady Diouf a été causée par un objet et non avec la main comme le souligne l’inculpée. Ce qu’elle conteste en soutenant mordicus que la plaignante s’est blessée à cours de la bagarre.
Après l’avoir secouée de questions, le procureur a requis 6 mois contre elle. À l’en croire, cette peine sera dissuasive pour elle du fait de sa nature belliqueuse. Du côté de la défense, à la suite de Me Ndiogou Ndiaye qui a plaidé une application bienveillante de la loi, Me Baba Diop s’est penché sur les blessures de la plaignante. «On ne peut pas retenir la préméditation. On ne peut pas lui imputer cet œil qui avait un problème de santé puisqu’on ne sait pas les raisons», a indiqué la robe noire.
Anna Seynabou Ba sera édifiée sur son sort le jour de la Saint Sylvestre à savoir le 31 décembre 2020.

Fatou D. DIONE
LES ECHOS