SORTIES INTEMPESTIVES DES AVOCATS : LE BATÔNNIER SIFFLE LA FIN DE LA RÉCRÉATION





Depuis des jours, l’affaire qui oppose la masseuse Adji Sarr au député Ousmane Sonko est le sujet le plus débattu au Sénégal. Et la bataille médiatique fait rage entre les avocats commis dans cette affaire. Les robes noires, en attendant le procès, ont commencé leurs plaidoiries devant les micros des journalistes. Un constat qui n’a pas été bien apprécié par le bâtonnier M. Papa Leyti Ndiaye qui, à travers un avis, siffle la récréation.

Autrement dit, Me Ndiaye a rappelé à l’ordre ses confrères. « Les déclarations ou manifestations publiques relatives à une affaire en cours sont formellement interdites à l’avocat », a rappelé le bâtonnier, citant l’article 26 du règlement intérieur qui régit leur profession, pour étayer ses propos. Mieux, il indique que cette interdiction ne peut être levée que par autorisation écrite du bâtonnier, soit en cas de violation flagrante de la loi.

« L’avocat constitué dans une cause peut répondre à des interpellations de journalistes, après une audience publique, eu égard au droit à l’information du public. L’avocat désireux de participer à un débat radiophonique ou télévisé, relatif à une affaire en cours, doit en informer au préalable le Bâtonnier et recueillir son autorisation, en lui fournissant le maximum d’informations sur le format de l’émission », a rétorqué Me Papa Leyti Ndiaye.

Dans le même sillage, il rappelle que, lorsqu’il s’agit d’une interview, l’avocat doit faire preuve de délicatesse et s’interdire toute recherche de publicité personnelle, sous peine de sanction.

Emedia